La mafia de l’économie alimentaire
Publication : 5 mai, 2014 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Economie | Commentaire(s) (Un commentaire)

Grace à des moyens de plus en plus sophistiqués, usant des technologies nouvelles, les bandes organisées sont désormais bien implantées dans le commerce alimentaire. Des manœuvres frauduleuses permettent à ces bandits de grands chemins de se tailler d’énormes marges de bénéfice dans le secteur des boissons de haute gamme, notamment. Selon des experts, la défaillance du système de contrôle et l’absence de sanctions adéquates favorisent cette fraude massive dans le secteur alimentaire.

Les préoccupations concernant le rôle de la criminalité organisée dans la dilution endémique de l’huile d’olive vierge devraient pousser les autorités publiques à exercer un contrôle sourcilleux sur l’authenticité des étiquettes apposées sur les produits alimentaires. L’huile d’olive est reconnue par les instances internationales et nationales chargées de la sécurité alimentaire et la santé publique comme l’un des produits les plus exposés aux risques de fraude. Mais, d’’autres aliments attirent également l’intérêt des gangs du crime. Il s’agit, notamment, du poisson, du lait, du miel et des épices rares comme le safran.

Il y a lieu de s’inquiéter du fait des signaux indiquant que le nombre des cas de fraude est en nette augmentation dans le secteur alimentaire. Cette tendance croissante reflète la faiblesse structurelle au sein de la chaîne alimentaire.

L’actualité a mis en exergue les différents types de fraude alimentaire dont raffolent les bandes du crime, comme le remplacement des ingrédients clés par des alternatives moins chères ; la qualification à tort des espèces animales utilisées dans un produit de viande ; le faux étiquetage du poids ; le poisson d’aquaculture étiqueté poisson sauvage ; la contrefaçon et la commercialisation des aliments périmés…

Le scandale de la viande du cheval eu Europe et celui du lait pour bébé en Chine ont montré que les criminels sont de plus en plus habiles dans l’utilisation des technologies pour tromper les régulateurs. En termes d’activités criminelles, les professionnels du crime organisé font preuve d’une ingénieuse faculté d’adaptation. Dès qu’une anormalité est détectée, ils passer à autre chose. Il n’existe donc pas de remède scientifique ou magique science. Comme l’a dit un spécialiste de la répression de la fraude alimentaire : «Nous devons penser comme un criminel et anticiper sa prochaine action. Car,  l’absence d’action pourrait avoir des conséquences graves pour la santé».

Notis©2014


Étiquettes : , ,