L’effet protecteur de l’instruction
Publication : 30 avril, 2014 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Management, Santé | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Les gens instruits se remettent plus facilement d’un traumatisme cérébral que les autres, selon une étude publiée sur le site intertnet de la revue scientifique Neurology. L’étude s’est penchée sur des victimes d’un traumatisme cérébral moyen ou sévère, principalement subi lors d’accidents de la route ou de chutes. Toutes ces victimes avaient dû être hospitalisées pendant un certain temps.

Reprise d’activité

Des 769 personnes étudiées par des chercheurs, 24% n’avaient pas complété leurs études secondaires, contre 51% qui comptaient entre 12 et 15 ans d’études, et 25% qui détenaient au moins un diplôme universitaire de premier cycle. Un an après le traumatisme, 28% des participants ne conservaient aucune séquelle et avaient repris leurs activités. Seulement 10% n’ayant pas complété leurs études secondaires étaient libres de toute séquelle, contre 31% qui avaient complété certains cours universitaires et 39% qui détenaient un diplôme universitaire.

L’étude révèle que les victimes détenant une éducation équivalente au niveau universitaire étaient sept fois plus susceptibles de se remettre complètement que celles n’ayant pas terminé leurs études secondaires. Celles ayant complété certains cours universitaires étaient cinq fois plus susceptibles de se remettre complètement.

« Réserve cognitive »

Les chercheurs croient que le cerveau des gens plus instruits est à même de puiser dans une «réserve cognitive» qui lui permet de continuer à fonctionner normalement, même après avoir été endommagé. Le phénomène avait déjà été observé chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, où les symptômes semblent plus modestes chez les gens instruits.

Reste qu’il faudrait de nouvelles études pour mieux comprendre l’effet protecteur de l’instruction sur le cerveau.

Notis©2014


Étiquettes : , , ,