Comment perdre la confiance de votre patron?
Publication : 25 mars, 2014 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : R.H. | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

La confiance est l’un des éléments nécessaires pour assurer le bon fonctionnement d’une entreprise. Créer et maintenir une relation sincère et productive avec votre patron peut s’avérer réellement bénéfique pour votre carrière. Cependant, vous pouvez passer des années à travailler pour le même patron, à bâtir une relation de confiance avec lui et tout perdre d’un coup. En effet, « la confiance se gagne en gouttes et se perd en litres ». Voici quelques faux pas que vous devez absolument éviter pour rester dans les bonnes grâces de votre supérieur hiérarchique.

1. Promettre l’impossible

Parfois, nous pouvons promettre des choses pour nous sortir de situations délicates. Vous vous trouvez par exemple coincé(e) au téléphone avec un client furieux et vous lui promettez un dédommagement. Le problème, c’est que vous n’êtes pas en mesure d’honorer vos promesses. Résultat : votre manager va devoir rappeler le client lui-même, lui annoncer la mauvaise nouvelle et gérer un client plus fâché qu’avant.

Si votre manager ne peut pas compter sur vous pour fournir des informations réalistes à vos collègues et à vos clients, il ne vous fera probablement pas assez confiance pour vous assigner un poste avec plus de responsabilités.

2. Ne pas répondre aux e-mails et aux appels

Il peut vous arriver de laisser temporairement en suspens un e-mail d’un client, que vous ne jugez pas particulièrement urgent. Si vous attendez trop longtemps ou si vous n’évaluez pas correctement l’urgence de cet e-mail, ledit client pourrait remonter l’échelle hiérarchique en vue d’obtenir la réponse désirée. Vous serez alors bien embarrassé(e) face à un patron mécontent de votre manque de professionnalisme. Il ne vous fera plus confiance et ne vous confiera plus de clients importants ou de gros projets car il vous jugera incapable de respecter des échéances et d’assumer de lourdes responsabilités.

3. Ne pas distinguer l’urgence

Il se peut que votre boss ne soit pas toujours très clair. Mais lorsqu’il l’est, sachez reconnaître l’importance et l’urgence de sa demande. S’il vous dit, par exemple, « Je viens de recevoir un appel d’un client qui n’a plus de connexion au serveur et qui a besoin d’aide ASAP. Je file en réunion, vous voulez bien lui passer un coup de fil ? », vous devez comprendre que vous devez appeler ce client tout de suite, maintenant, et ne pas lui envoyer un mail, demain après-midi. Par ailleurs, vous marquerez des points si vous vous rendez ensuite spontanément chez votre patron pour lui donner un feedback de votre transaction.

4. Ne pas le tenir au courant

Les escalades avec les clients ne sortent pas de nulle part. Mais la plupart du temps, nous préférons gérer les problèmes nous-mêmes et ne pas ennuyer le patron avec ce que nous pensons pouvoir régler. Pour finalement débarquer dans le bureau du boss en déclarant d’un air contrit « Monsieur Dupont est en ligne. Il est furieux et exige d’être remboursé dans l’heure. Il veut vous parler, je vous le passe ? » Vous forcez ainsi votre manager à gérer une situation dont il n’était pas du tout au courant et vous le prenez au dépourvu. À chaque fois qu’une telle chose se produit, votre boss estimera qu’il ne peut pas faire confiance à votre instinct et qu’il doit vérifier plus souvent ce que vous faites. Il peut vous paraître important de faire les choses de manière indépendante et de ne pas ennuyer votre patron, mais parfois, il vaut mieux le tenir au courant de l’évolution de vos dossiers.

Informez régulièrement votre patron et assumez l’entière responsabilité de votre travail. Vous prouverez ainsi à votre boss qu’il peut vous faire confiance en tout. Et, bientôt, de nouvelles opportunités s’offriront à vous, avec, à la clé, des plus grands projets et une carrière palpitante.

Notis©2014


Étiquettes : , , ,