Etudiante le jour, Strip-teaseuse la nuit
Publication : 28 février, 2014 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : R.H., Société | Commentaire(s) (Un commentaire)

Près d’un tiers des jeunes femmes qui travaillent dans les clubs de spectacle de danse sont des étudiantes, souvent issus de familles pauvres ou  de la classe moyenne. Certaines  ont commencé à prester dans ces lieux sombres avant leur admission à l’université ou dans une école supérieure, afin de faire face au «coût de plus en plus élevé des frais d’inscription». Ce fait universel, déjà constaté par plusieurs articles de presse, vient d’être confirmé par une étude publiée dans le British Journal of Sociology of Education.

Transgression et Flexibilité

Les raisons pour lesquelles les jeunes femmes à la tête bien faite fréquentent les bars de « déshabillage» ou de «dénudage» sont diverses et variées. Mais, la cause qui remonte à la surface réside dans le coût élevé de l’enseignement supérieur, exacerbé par le manque de disponibilité des prêts, soutiens et bourses pour les cours de formation professionnelle. Il y a aussi le fait que, de par la flexibilité des programmes de formations professionnelles, les étudiants ont la possibilité de combiner le travail de nuit avec les exigences de leurs cursus.

Lire aussi : Le travail qui nuit à la santé

L’étude montre que «même avant de commencer les cours à l’université, certains élèves appréhendent le coût élevé de l’enseignement supérieur en commençant à danser à l’avance. « Les étudiants ont souvent commencé à danser avec des amis par simple curiosité, aspirés par l’excitation initiale de s’engager dans un monde transgressive ainsi que par la perspective de gagner facilement de l’argent –la nuit et l’argent faisant généralement bon ménage. »

Classe d’en bas

Un sociologue spécialisé dans les métiers de nuit, en guise de commentaire sur cette étude, a déclaré que la majorité des étudiantes qui s’adonnent au strip-tease pour « s’en sortir » se considèrent avant tout comme des « danseuses » et non pas comme «des travailleurs du sexe », parce que le strip-tease est devenu un décor qui fait partie intégrante de la société moderne et donc socialement acceptable. Un autre a ajouté que la motivation des étudiantes, strip-teaseuses à mi-temps, est principalement financière. «Beaucoup de ces danseuses sont issues de la classe d’en bas. Elles ne viennent pas de familles où l’argent coule en abondance », a-t-il dit.

Notis©2014


Étiquettes : , , , ,