Comment éviter la spirale de l’endettement personnel ?
Publication : 24 février, 2014 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Finance-Comptabilité | Commentaire(s) (2 commentaires)

Réduire ses dettes, rembourser ses dettes, éviter des dépenses inutiles, gagner plus, épargner plus, en finir avec les angoisses financières… Le désir de mettre de l’ordre dans ses finances pour éviter de tomber dans la longue, très longue liste des personnes surendettées est l’une des résolutions les plus populaires. Mais plusieurs consommateurs manquent d’outils pour passer de la parole aux actes. Voici quelques conseils pour, soit redresser votre situation financière, soit éviter de rentrer dans la spirale du surendettement.

Le budget

L’idée de passer en revue ses revenus et ses dépenses, calculatrice à la main, donne de l’urticaire à bien des gens, mais les experts sont unanimes : le budget est la première étape, incontournable pour prendre ses affaires en mains. En effet, vouloir améliorer sa situation financière sans faire d’abord un budget, « c’est comme vouloir perdre du poids sans avoir de balance », selon l’expression d’un expert en marketing. Certains veulent faire des projections pour s’assurer d’avoir assez de revenus à leur retraite, mais ils ne connaissent même pas leur coût de vie actuel et ne peuvent pas équilibrer leur budget d’une seule année. « Rien ne sert d’utiliser un télescope pour voir loin si nous n’avons même pas de lunettes bien ajustées pour voir de près », ajoute un spécialiste en planification financière. Un budget doit répertorier tous les revenus et les dépenses. Pour vous aider à ne rien oublier, il existe des grilles budgétaires, des cahiers de budget, des logiciels, des applications disponibles sur le marché.

La motivation

Quand on n’a pas d’objectif ni de projet, on peut dépenser tout ce qu’on gagne sans le savoir. Ce sont nos objectifs qui dictent les actions à poser. Parler de ses objectifs à ses proches est une bonne façon de s’encourager à les atteindre. Il faut avoir des projets à court, à moyen et à long terme, que l’on peut tenter d’atteindre simultanément. Bien sûr, amasser de l’argent pour la retraite est un objectif important et même nécessaire. Mais il faut quand même se faire plaisir à court terme. Des objectifs qui s’atteignent plus vite sont importants pour la motivation. Par exemple, amasser la mise de fonds pour l’achat d’une maison nécessite un programme d’épargne d’au moins cinq ans. Mais quand on y arrive, ça nous donne toute une satisfaction.

La question de choix

Les chiffres qui s’additionnent dans la colonne des dépenses de votre budget risquent d’avoir un effet révélateur, en vous faisant prendre conscience des fuites insoupçonnées. Aviez-vous réalisé que vous dépensiez autant pour vos services de télécommunications ? Ou au restaurant ? Ou en soins de beauté ? Ces dépenses sont-elles vraiment nécessaires ? La vaste majorité des ménages ayant des revenus limités, alors que les occasions de dépenser sont infinies, il faut évidemment faire des choix.

Mais c’est une habitude qui semble se perdre. En effet, dans le budget moyen des ménages, certains postes de dépenses sont devenus de plus en plus importants. Des dépenses qui ne sont pas essentielles semblent être devenues nécessaires pour bien des gens. Pour preuve, les dépenses de transport prennent de plus en plus d’ampleur, elles ont même dépassé les dépenses d’alimentation. Les gens refusent de faire des compromis sur leur capacité à se déplacer quand et comment ils le veulent. Même chose pour les télécommunications. Il est maintenant normal pour un ménage d’avoir un téléphone fixe, deux téléphones mobiles, un branchement à l’internet. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que le taux d’endettement continue d’augmenter.

La folie de la grandeur

Bien des ménages ne vivent pas selon leurs moyens, mais en fonction de leurs désirs, quitte à utiliser le crédit si nécessaire. Pour redresser la situation et faire les choix qui s’imposent, comment doit-on s’y prendre ? La réflexion doit se faire en couple, et même en famille, en fonction de ses propres préférences, ses valeurs et ses besoins. Est-ce que les tendances, la mode, les amis, la famille, les voisins ont un impact sur votre décision d’acheter ? Posez-vous la question. En analysant le budget, on pourrait réaliser qu’on paie pour des services inutiles, ou qu’on les utilise peu. A titre d’exemple, on n’a pas toujours besoin d’utiliser le réseau cellulaire pour avoir accès à l’internet, si on est souvent dans des zones où un réseau Wi-Fi est offert. Et pour la télé, on paie souvent pour des canaux qu’on ne regarde pas. Pourquoi ne pas utiliser les ondes hertziennes ?

Le plaisir de dépenser

En s’imposant des contraintes, on peut augmenter son plaisir. La rareté crée de la valeur. Plutôt que d’acheter plein de choses qui ne serviront pas, mieux vaut se limiter à ce qui nous apporte réellement du plaisir. Si on sort au resto seulement pour les grandes occasions, on en profitera plus que si on y va tous les jours. De la même façon, calculez les prix des produits de consommation en nombre d’heures de travail. Posez-vous cette question : « Suis-je prêt à travailler trois heures pour avoir cette paire de chaussures ? ». Il existe, en effet, bien des façons peu coûteuses – et même gratuites – de se faire plaisir. Il s’agit simplement d’y penser.

Notis©2014


Étiquettes : , , ,