Que faire face à un patron hostile?
Publication : 30 janvier, 2014 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Management, R.H. | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Un sentiment d’animosité avec un collègue est désagréable en soi, mais c’est pire lorsqu’il s’agit d’un(e) supérieur(e) hiérarchique. La situation peut compromettre l’avenir professionnel du salarié, ses chances de promotion ou d’augmentation de salaire. L’hostilité d’un patron se manifeste de plusieurs façons: irritabilité, manque d’écoute, impatience, indifférence, distance, dénigrement… Ces différents comportements peuvent déboucher sur les 3D : Démotivation, Dépression et Démission. Il est donc nécessaire d’agir avec intelligence et anticipation.

L’analyse de la problématique.

Certes, un patron est censé nous réconforter, nous donner confiance et être celui qu’on a envie de voir durant la journée, et non l’inverse. Mais, beaucoup d’employés attendent  un peu trop de leur chef. Celui-ci n’est pas parfait, il a lui aussi énormément d’attentes et ce n’est pas un ami. C’est un manager. Et comme tout manager, il doit soutenir  les membres de son équipe et leur donner les ressources nécessaires. Et ce qu’il attend de chacun de ses collaborateurs c’est la réalisation des objectifs et seulement des objectifs. Sans oublier que lui aussi, il a un boss et peut-être une relation difficile avec lui. Des attentes exagérées ne peuvent qu’entraîner insatisfaction ou frustration. De part et d’autre.

Lire aussi : les phrases à ne pas dire

Même des personnes irascibles, émotionnelles ou irrationnelles sont toujours, d’une manière ou d’une autre, prévisibles. La seule condition est de les connaître quelque peu, de savoir ce qui les fait réagir et comment, ce qui les motive et les amuse… il faut alors aller rechercher des informations (auprès de la secrétaire par exemple), les analyser et faire de la prédiction (ce qui peut se révéler aussi très amusant).

Lire aussi : gérer et résoudre les conflits

Nul ne peut tenir longtemps en situation extrême et parfois la fuite peut sembler l’unique porte de sortie, voire de sauvegarde.

Les solutions de la problématique

Face à un patron ayant de vrais troubles de la personnalité, au sens psychologique, il importe de limiter les dégâts potentiels en restant professionnel, en toutes circonstances, à savoir :
*Rester constructif, rechercher en permanence à s’améliorer.
*Ne pas diminuer votre productivité, feindre la maladie, ce qui compromettrait votre emploi.
*Ne pas penser que vous êtes seul à avoir un patron difficile.
*Trouver un conseiller, un coach, dans ou hors de votre entreprise.
*Profiter de l’expérience d’autres personnes dans la même situation.
*Ne pas attendre que votre boss change.
*Ne pas entrer en escalade émotionnelle avec votre patron.
*Prévoir une réunion avec votre chef pour aborder votre relation et envisager les pistes pour l’améliorer.
*N’aller pas voir le chef de votre chef, sauf en dernier recours.
*Ventiler, exprimer ses frustrations et colères, mais pas avec vos collègues.
*Trouver l’opportunité d’être muté dans un autre service.
*Soigner votre réseau pour augmenter les opportunités de trouver un meilleur emploi ailleurs.
*Se focaliser seulement sur le négatif risque d’affecter votre santé.
* Penser à vous protéger : conserver les traces, les preuves et témoins du comportement inacceptable.
*Documenter, conserver les preuves de vos réalisations et réussites.
Notis©2014


Étiquettes : ,