Comment prévenir la démence?
Publication : 12 décembre, 2013 > par Mary Mazur | Catégorie(s) : Santé | Commentaire(s) (2 commentaires)

L’exercice physique régulier et un mode de vie sain sont les moyens les plus efficaces pour réduire le risque de démence. C’est ce qui ressort des résultats d’une étude complète, jamais réalisée en matière de santé publique. L’enquête, qui a duré 35 ans, a été réalisée par des chercheurs de l’Université de Cardiff. L’équipe de chercheurs dirigée par Peter Elwood a constaté que des comportements relativement simples à suivre sont susceptibles de réduire les risques de démence de 60%, de maladies cardiaques y compris les AVC de 70%.
Les cinq facteurs
Faire régulièrement des exercices physiques, ne pas fumer de cigarettes, avoir un poids corporel léger, suivre une alimentation saine et consommer modérément de l’alcool sont des attitudes qui favorisent une amélioration certaine, à long terme, de la santé physique et mentale.
Bien que les cinq facteurs soient bien connus de presque tout le monde, les chercheurs se sont dit  » vraiment surpris  » par leurs effets bénéfiques sur la santé. « L’étude montre qu’un mode de vie sain confère étonnamment de grands avantages pour la santé », a déclaré le coordinateur des recherches, le Professeur Peter Elwood de la faculté de médecine de l’Université de Cardiff. « Les comportements sains ont un effet beaucoup plus bénéfiques que tout traitement médical et autres procédures préventives. »
Lire aussi : les pays les plus fréquentables
Du cœur à la tête
L’étude révèle que très peu de personnes suivent effectivement un style de vie sain qui peut s’avérer bénéfique de leur santé, et que, alors que les taux de tabagisme ont diminué, le nombre de personnes vivant sainement est resté stable. Le Dr Doug Brown, directeur de la recherche au sein de l’association internationale de lutte contre l’Alzheimer a déclaré: « Nous réalisons depuis un certain temps que ce qui est bon pour le cœur est aussi bon pour la tête. Cette étude apporte la preuve irréfutable qu’une vie saine réduit considérablement les risques de développer une démence ».
Cette étude, la plus longue du genre, a évalué l’influence des facteurs environnementaux sur les maladies chroniques sur la base des résultats de santé de près de 2235 personnes exposées à la maladie. Le rapport a été publié le mardi 10 décembre 2013 dans la revue PLoS ONE

Lire aussi : le couloir de la retraire

Lors du premier Sommet du G8 sur la démence, ouvert le mercredi 11 décembre 2013 à Londres, les ministres de la santé des grandes nations se sont engagés à trouver un remède ou un traitement efficace contre la démence d’ici 2025. Taux de démence dans le monde d’ici 2050 va s’accentué, avec 135 millions de malades et des coûts sociaux et économiques énormes. Voilà pourquoi, les ministres et les responsables de la santé ont déclaré que le montant des aides  à l’échelle mondiale sur la recherche sera  » augmenté de manière significative « . Pour le premier ministre Britannique, le 11 décembre 2013 marque le début de la lutte mondiale contre la démence.
Notis©2013


Étiquettes : , , , ,