L’afflux des déracinés
Publication : 28 octobre, 2013 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Droit humanitaire, Politique | Commentaire(s) (Un commentaire)

Dans le monde, chaque jour, des personnes n’hésitent pas à faire la dangereuse traversée de l’océan et du désert, fuyant la guerre, l’instabilité politique et la pauvreté. Ils sont contraints de tout abandonner et demander l’asile, parce que les autorités de leur pays ne peuvent ou ne veulent pas les protéger de graves atteintes à leurs droits fondamentaux. Selon un rapport de l’ONU, plus de 50 millions de personnes vivaient en dehors de leurs foyers. Il n’y a jamais eu autant de réfugiés dans le monde depuis 1994.

Multiplication des conflits

L’afflux de nouveaux arrivants est essentiellement dû à des conflits tels que celui en République démocratique du Congo, où une sanglante rébellion sévit dans la province du Nord-Kivu, (à la frontière avec le Rwanda), en Syrie (les combats entre l’armée du président Bacha al-Assad et les insurgés résonnent depuis le printemps 2011), et à la frontière entre le Soudan du Sud et le Soudan (de nombreux affrontements ont éclaté après que le Sud a déclaré son indépendance en juillet 2011)», indique le rapport. Les chiffres concernant le Mali ont évidemment gonflé depuis le début de l’opération armée. Ce sont les chiffres en deçà de la réalité qui ont été pris en compte: 175 586 réfugiés (surtout en Mauritanie, au Niger et au Burkina Faso) et 300 783 déplacés, selon les récentes statistiques du HCR.

Radicalisme Syrien

A elles seules, les 5 principales terres d’exil (Afghanistan, Somalie, Irak, Syrie, Soudan) représentent 55% des réfugiés dans le monde. L’Afghanistan, d’où les Américains et ses alliés de l’Otan doivent se retirer fin 2014, reste numéro un, avec 2,5 millions de réfugiés, répartis dans 82 pays, principalement au Pakistan et en Iran, et 486 298 déplacés.

En revanche, le changement est radical pour la Syrie, qui a connu l’exode le plus important de l’histoire depuis la fuite des Kosovars à la fin des années 1990, note le HCR. Autrefois terre d’accueil pour les Irakiens qui fuyaient la guerre, le pays est devenu ainsi le quatrième au monde à représenter le plus grand nombre de déplacés (2 millions) et de réfugiés (728 500), qui fuient essentiellement vers le Liban, la Jordanie et la Turquie.

Enfants refugiés

L’année n’a pas vu de changement majeur par rapport aux cinq précédentes années dans le classement des pays accueillant le plus grand nombre de réfugiés. Le Pakistan reste le pays qui a abrite le plus de réfugiés que tout autre (1,6 million), suivi de l’Iran et de l’Allemagne. Et l’Afghanistan reste le pays qui génère le plus grand nombre de réfugiés, une position qu’il détient depuis 32 ans.  Le HCR met aussi l’accent sur le nombre record d’enfants demandeurs d’asile qui voyagent seuls (21 300).

Les moins de 18 ans représentent par ailleurs 46% des réfugiés dans le monde.  A noter que ces chiffres ne prennent pas en compte les 4,9 millions de réfugiés palestiniens, pris en charge par le l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) et non par le HCR.

Notis©2013

Sources : www.unhcr.org/ www.hrw.org


Étiquettes : , ,