Un coup… et tout devient possible !
Publication : 2 mai, 2013 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Santé, Société | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Les anglo-saxons appellent cela le « beer goggles ». Après avoir bu un coup ou quelques verres, certains deviennent bien moins regardants, moins sélectifs, par rapport aux attributs physiques de partenaires potentiels. Les critères habituels sont complètement chamboulés. Une personne qui n’aurait jamais paru attractive devient désirable, déclenche des pulsions, lorsque l’alcool fait son œuvre. Malheureusement, ces sorties hors de soi conduisent souvent à des dérapages qui débouchent sur des accidents, voire catastrophes. Comment expliquer ce phénomène et comment limiter les dégâts de l’alcool sur le consommateur et son entourage?

Pourquoi tirer sur tout ce qui bouge?

uncoup2D’abord, il est évident qu’il y a un lien avec le phénomène de désinhibition classiquement déclenché par l’alcool (les timides se lâchent, certains deviennent agressifs, d’autres mélancoliques…). C’est donc dans le cerveau que cela se passe. Et plus précisément dans la zone impliquée dans la prise de décision. Lorsque nous sommes sobres, cette région contrôle l’aire des pulsions sexuelles : on évalue l’autre, on sous-pèse, on filtre. Mais dès le premier verre, ce mécanisme commence à être perturbé, et plus on boit, moins il fonctionne correctement. En d’autres termes l’alcool éteint le processus rationnel et décisionnaire et laisse les pulsions sexuelles s’exprimer librement. De fait, la région cérébrale qui nous pousse à nous reproduire continue à fonctionner quelle que soit la quantité d’alcool ingérée, et ce quasiment jusqu’à ce qu’on soit sur le point de perdre connaissance. Des sensibilités individuelles modulent ces réactions (plus ou moins manifestes), tout comme – évidemment – le taux d’alcoolémie. Des auteurs ajoutent enfin, pour résumer la situation, que dans ces états, « nous voyons toujours les autres tels qu’ils sont, il n’y a pas de transformation physique imaginée. Juste beaucoup plus de désir ». Plus de désir, moins de maîtrise et tout devient possible. Cela peut réserver certaines surprises le lendemain, lorsque les effets de l’alcool se sont dissipés.

Comment limiter les dégâts?

Les directives pour une consommation intelligente d’alcool évoquent la prise de deux à trois verres pour les hommes et d’un à deux verres pour les femmes. Il est également fortement conseillé de faire abstinence pendant deux jours par semaine pour ne pas devenir dépendant. La frontière pour une consommation responsable est plus fine chez les adolescents car ils sont encore en pleine croissance, pèsent moins et sont plus petits que les adultes. Il est d’ailleurs conseillé la plupart du temps d’interdire aux adolescents de moins de 16 ans de boire toute boisson alcoolisée. Pour ceux âgés de plus de 16 ans, il est clairement recommandé de ne pas boire plus d’alcool qu’un adulte.

Voici désormais quelques conseils pour ne pas trop boire lors d’une soirée:

*Fixez-vous une limite et déterminez le genre de boisson que vous comptez boire.

*Prenez le temps de boire un verre d’eau, de soda ou de jus de fruits après chaque verre d’alcool.

*Si vous avez soif, ne buvez pas d’alcool, même pas de bière. Cela vous donnera encore plus soif.

*Ne buvez pas votre verre d’une traite, savourez-le.

*Buvez au verre et non à la bouteille, cela vous évitera de boire à trop grosses gorgées.

*Mangez toujours quelque chose avant de boire de l’alcool.

*Si vous êtes en groupe, faites-en sorte que quelqu’un reste sobre afin qu’il puisse anticiper les éventuels débordements.

*Ne buvez jamais lorsque vous devez prendre le volant. Un verre peut déjà suffire pour modifier votre comportement sur la route. En outre, à partir d’une concentration d’alcool de 0,22 mg/l dans votre haleine (0,5% dans le sang), vous êtes en contravention avec la loi.

Pour information, un verre de bière, de vin ou de boisson forte suffit déjà chez un homme de 75 kg à entraîner une concentration d’alcool dans le sang de 0,2% et de 0,3% chez une femme de 60 kg. Il est toutefois quasiment impossible de déterminer avec exactitude la quantité d’alcool dans le sang d’un individu au nombre de verres bus, car elle dépend également de son poids, de la vitesse à laquelle il boit, du type de boisson ou encore du fait qu’il ait mangé quelque chose ou non avant. Il est aussi faux de croire que le café, l’eau sucrée ou la prise de certaines vitamines peuvent faire évacuer l’alcool dans le sang plus rapidement. Les gens qui mélangent alcool et boissons énergétiques courent probablement encore plus de risques de provoquer des accidents, comme ceux de la circulation par exemple, car ils ont la sensation de maîtriser encore parfaitement la situation.

Notis©2013


Étiquettes : , ,