Le temps et l’argent
Publication : 11 mai, 2013 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Economie, Finance-Comptabilité, Management | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Dans certaines régions dites sauvages ou reculées (dans le temps), le temps qui passe n’a aucune valeur. Le temps n’a aucune importance. Les montres et les horloges sont des choses inconnues ; elles sont remplacées la nuit par les étoiles, dans la journée par le soleil. Mais, dans les pays gouvernés par l’industrie et le commerce, le temps est un trésor. C’est une monnaie courante, une forme de la richesse. Sa Majesté l’Horloge est placée sur la place du marché et on s’incline devant Elle. Nous nous faisons les esclaves, les vassaux de l’Horloge parce que nous avons découvert que c’est une divinité équitable qui ne manque jamais de récompenser l’empressement de ses sujets. La royauté de l’Horloge ! … Elle est le maître de tous ceux qui triomphent dans le monde des affaires.

L’efficacité.

Il s’agit de l’un des plus importants principes de la Science de l’Efficacité. Dans notre époque aux jours tendus, nul ne peut se targuer de garder une grosse situation dans les affaires qui ne rend pas hommage au temps. Nous avons même inventé des montres qui fractionnent le temps en 1/5 de secondes. La seconde entière était trop longue, pour une unité de temps. Et bien des choses peuvent être faites en 1/5 de seconde, et moins. Un train express vous transporte à 5 mètres de distance en un 1/5 de seconde. En 1/85 de seconde, il vous porte à 30 centimètres. Ce que désormais on arrive à faire en l’espace d’un jour est véritablement incroyable. La seule cité de Pittsburgh expédie journellement 300.000 tonnes de marchandises en moyenne. Il fallut 20 ans aux esclaves égyptiens pour bâtir la grande Pyramide ; les habitants de Pittsburgh fabriquent aujourd’hui toutes les 4 semaines une quantité d’articles manufacturés qui occuperaient le même volume que la grande Pyramide.

Les intérêts

Moins vous mettez de temps pour exécuter un travail, plus vous y trouvez avantage. C’est ce qui fait qu’on se presse, qu’on s’applique à la ponctualité et qu’on mesure si parcimonieusement les secondes. En une journée de 8 heures, vous ne disposez que de 480 minutes et, chaque fois que vous perdez 5 minutes, votre travail subit une dépréciation de 1 %. Votre stock tombe à 99 %. Si vous perdez 50 minutes, il tombe à 90 % et ainsi de suite. Lesquels d’entre nous conservent journellement au pair ce qu’ils possèdent ? Si vous empruntez 600.000 francs à 5 %, vous payez 4 centimes d’intérêt par minute. Que votre comptable se trompe et fasse partir le prêt un jour trop tôt, vous perdez 100 francs. Plus d’un homme d’affaires a été conduit à la faillite pour avoir oublié l’acharnement barbare de l’intérêt qui court. L’intérêt ressemble à la tortue de la fable : il va lentement mais ne s’arrête jamais. Plus d’un lièvre léger, insouciant et gai, s’est trouvé dépassé par lui.

Le stock

Le stock en magasin représente souvent de l’argent emprunté. C’est de l’argent gelé. Il entraîne à des frais d’intérêt, de loyer, de personnel, de chauffage, d’éclairage, de publicité, etc. Si donc on veut s’assurer un bénéfice, il doit être vendu rapidement. Cette éventualité est sans merci et sans échappatoire. Et les commerçants qui prennent les magasins pour des entrepôts et n’écoulent, de leurs marchandises, que ce que les clients en demandent, ne peuvent pas réussir, à l’image de ce boutiquier qui éprouve un secret plaisir à contempler l’accumulation incessante des marchandises invendues. Naturellement, son affaire ne marche pas. Car, il ignore que LE TEMPS AUGMENTE LE PRIX DE REVIENT.

La propriété

C’est ici que se marque la différence énorme entre l’argent et la propriété. La valeur de l’argent augmente, celle de la propriété diminue. Une somme d’argent se double elle même en l’espace de 15 ou de 20 ans tandis que la propriété subit toujours une dépréciation. L’argent croît. La propriété dépérit. Si vos opérations se font au moyen de marchandises, agissez aussi rapidement que possible. Que toutes vos énergies se concentrent pour une fabrication rapide, une vente immédiate, et des transports sans retard. Tous les vendeurs devraient être nourris de ces principes. On devrait leur apprendre que 10 ventes faites aujourd’hui en valent 11 faites demain. On devrait leur montrer que l’ajournement d’une vente représente une diminution de bénéfice.

Le capital

En réalité, le montant de toute transaction commerciale devrait se chiffrer en unités de temps aussi bien qu’en unités d’argent. Une des plus grandes choses qu’aient accomplies les spécialistes en « efficacité », c’est d’avoir enseigné aux hommes d’affaires à évaluer le prix du temps. Quelque riche qu’il soit, tout homme condescendra toujours à s’arrêter et à se baisser pour ramasser une pièce de 50 centimes égarée par terre. À côté de cela, de nombreux patrons – qui sont loin d’être riches – permettent que des quarts d’heure, des demi-heures soient dissipés et répandus tout autour d’eux. Pourtant, il est infiniment plus grave de gaspiller les demi-heures que les pièces de 10 sous : tout le monde peut trouver une pièce d’argent perdue, tandis que personne ne retrouvera jamais une demi heure perdue.

Le temps porte conseils

Ainsi, épargnez votre temps ; sauvez-en la moindre parcelle. Dans la vie, le véritable capital c’est le temps. Tout le reste est plus ou moins illusoire. La vie, le caractère, l’argent, les biens, tout cela s’achète avec le temps.

N’entreprenez jamais une opération commerciale sans faire intervenir le temps comme l’un de ses facteurs. Soyez avare de vos minutes. Demandez-vous toujours s’il ne vous est pas possible de fabriquer plus rapidement et de vendre plus tôt. Appliquez-vous à réduire la dépense de temps.

Ne craignez jamais d’aller trop vite. Cela ne peut jamais arriver. Il y aura toujours trop d’êtres lents, trop d’accidents, et des arrêts de toutes sortes pour vous retarder.

La lenteur vient d’elle-même, la vitesse s’acquiert. En outre, la rapidité pendant les heures de travail entraîne à un repos plus grand et à de plus gros bénéfices. Cela veut dire qu’une fois au travail vous devez travailler comme une machine scientifique de précision, de cette façon vous serez libre plus tôt pour aller vers ce qui vous tente. Plus d’un homme d’affaires travaille jusqu’à 5 heures alors qu’il lui aurait été facile de finir à 3 s’il avait su comment.

Notis©2013

Illustration : « portrait inachevé » de Salvator Dali


Étiquettes : , , ,