Des Fleurs pour Albert Ayler
Publication : 2 décembre, 2012 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Culture | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Exemple à l’état brut de l’artiste maudit, Albert Ayler a vécu dans le rejet,  l’opprobre et l’incompréhension à la fois de ses pairs et du grand public.  Quarante deux ans après sa mort, ses improvisations- « sauts dans le vide, sans filet harmonique ni thématique»- vivifient encore «l’esprit saint» et l’urgence qui habitaient sa musique. Les circonstances entourant sa mort, survenue à l’âge de 34 ans, continuent à la fois de fasciner et d’embarrasser.

Cleveland-Europe-New York

Née  au Etats-Unis, à Cleveland, Ohio, le 13 juillet 1936, Ayler fut initié au jazz par son père, Edward Ayler, employé chez TRW (Tjomson Ramo Wooldridge), un des pionniers de l’industrie des missiles et sondes spatiales. Inscrit au lycée John Adams situé à l’est de Cleveland, Albert Ayler y obtînt son bac à l’âge de 18 ans. Puis, il suivit ses études supérieures à l’Académie de musique  de Cleveland, au même moment que le saxophoniste Benny Miller et le pianiste Bobby Few.

Bobby Few se souvînt de son enfance à Cleveland : « Albert et moi jouions au baseball, en compagnie de son frère, Donald. Nous avions l’habitude de jouer dans des cabarets pour striptease. Nous jouions du Blues. Et Albert Ayler excellait dans cette matière. Par ailleurs, il était un bon joueur de golf »

Après son service militaire qui lui permit de découvrir l’Europe et rencontrer ses compatriotes expatriés, dont l’un des pionniers du Jazz libertaire, Cecil Taylor, Albert Ayler retourna à New York en 1963. Il retourna dans sa ville natale quelques mois plus tard pour épouser Arlen Benton et donner naissance à une fille, Désirée. A Cleveland, il tenta, vainement, de se faire accepter en « freedonnant » à travers tous les clubs de la ville. Vers la fin de l’année 1964, il reprit le chemin de New York avec son frère, Don, après l’avoir initié à la trompette.

albert-ayler01

À New York, selon Jeff Schwartz, auteur du « Albert Ayler: Sa vie et sa musique », Albert fit la rencontre d’une jeune femme, Mary Parks, qui devînt son amante, sa compagne régulière, sa collaboratrice et directrice commerciale. Schwartz rapporte dans son livre les propos de Mary Parks : « si je puis dire, j’étais la source d’inspiration continuelle d’Albert, surtout quand il a avait besoin de méditation. »

En août de 1968, Albert Ayler avait à son actif plusieurs disques et jouait à New York avec son groupe régulier composé du pianiste Call Cobbs, du contrebassiste Bill Fowell et batteur Beaver Harris. En revanche, son frère, Don, ne faisait plus parti du groupe. Donald Ayler affirma plus tard qu’il avait quitté le groupe en raison de l’influence croissante de Mary Parks sur la musique et la vie de son frère ainé.

Le 25 novembre 1970, le corps d’Albert Ayler était retiré d’East River (fleuve) à New York.

Une mort mystérieuse

alberaylerLes années passant, toutes les thèses y sont passées pour expliquer la mort mystérieuse d’Albert Ayler. Certains ont avancé que la police lui a tiré une balle dans la tête. D’autres ont pointé du doigt le FBI soupçonnée de pratiquer une politique d’extermination de toutes les figures marquantes de la communauté Noire (Malcom X, John Hendrix, Eric Dolphy, John Coltrane…). D’autres encore ont accusé le « Black Power » de l’avoir assassiné , parce qu’il ne supportait pas leur cause. Sans oublier ceux qui ont soutenu qu’il avait été tué par la Mafia (son corps aurait été découvert ligoté à un jukebox) du fait de son refus de jouer du Rock’n’roll.

Dans un article paru le 23 novembre 1997 dans le magazine du dimanche de Cleveland, le journaliste Michael Drexler écrit : « la plupart des personnes qui l’ont connu dit qu’il a été assassiné en raison de sa lourde dette accumulées envers les dealers».

Cette dernière hypothèse a été rejetée par Edward Ayler. Selon lui, son fils ne fumait pas de drogue dure. Dans la même veine, Don Ayler a reconnu qu’il leur arrivait de fumer de la marijuana, lors des tournées. Toutefois, « jamais il n’a été question de consommer des drogues d’accoutumance, telles que l’héroïne ou la cocaïne. Tout juste avant sa disparition, ajouta-t-il, il nous a dit ceci: ‘‘Nous sommes la musique que nous jouons. Nous sommes tenus d’avoir une vie saine, de sorte que notre musique garde sa pureté. Jamais je ne garderai dans mon groupe un accro’’ »

Statut de la Liberté et île de la liberté.

Ce n’est qu’en 1983 que Mary Parks livra sa version de la mort d’Albert Ayler au journaliste anglais Mike Hames. Selon elle: « les contraintes de la survie du musicien à New York ont eu un impacte négatif sur le frère d’Albert, Donald. Leur mère (myrte Ayler) a reproché à Albert d’avoir introduit Donald dans le monde des musiciens et elle le pressait continuellement pour qu’il ait l’œil sur Donald. Albert fit de son mieux. Mais pas question pour lui de le garder sous son toit ni de jouer de la musique avec lui. Après deux ans  passés sous la pression et les menaces de sa mère, Albert a fini par jeter l’éponge ». De cette entrevue avec Mike Hames il ressort qu’Albert Ayler dit à Mary Parks qu’il était prêt à « perdre tout son sang pour sauver sa mère et son frère ». Pensant déjà à la mort, à l’âge de 34 ans, Albert Ayler aurait même fixé les modalités de la répartition de ses droits d’auteur, après son départ.

Lire aussi: La dernière écharpe d’Ornette Coleman

Toujours selon le journaliste anglais, le soir de sa disparition,  le 05 novembre 1970, il aurait répété à sa compagne qu’il était disposé à « verser son sang pour sauver sa mère et son frère», avant de balancer un de ses saxophones contre le téléviseur et claquer la porte. Albert Ayler aurait pris la direction du statut de la Liberté, emprunté un bateau et se serait suicidé non loin de l’Ile de liberté, comme un symbole de sa musique. Peu de temps après, Mary aurait appelé la police pour signaler sa disparition.

Gary Peacock, contrebassiste et membre actif du radicalisme Aylérien a affirmé dans un article paru en janvier 1998: « quelqu’un lui a planté une balle derrière la tête. Certains ont indiqué que c’était une affaire liée à la drogue. Mais mon expérience avec lui me permet de dire qu’Albert Ayler n’était pas un drogué. Personnellement, mes soupçons vont vers ses relations avec la gent féminine. »

pod13072015albertayler

Discographie sélective

Titre: My name is Albert Ayler

Artistes: Niels Brosted (piano -2/5) Niels-Henning Orsted Pedersen (contrebasse -2/6) Ronnie Gardiner (batterie -2/6) Albert Ayler (voix -1, saxophone soprano -2, saxophone ténor -3/6)

Label: Fantasy

Reférences: LP 86016

Date et lieu: janvier 1963/ Danish National Radio Studios, Copenhague, Danemark.

Compositions:

1. Introduction By Albert Ayler/ 2. Bye Bye Blackbird/ 3. Billie’s Bounce/ 4. Summertime/ 5. On Green Dolphin Street/ 6. C.T.

Titre: Goin’ home

Personnel: Albert Ayler (ts, ss) Call Cobbs (p) Henry Grimes (cb -2,3,5/10) Sonny Murray (bat. -2,3,5/10)

Date et lieu : 24 février 1964, Atlantic Studios, NYC

Label: Black Lion

Compositions:

1. Goin’ Home/ 2. Ol’ Man River (take 1)/ 3. Ol’ Man River (take 2)/ 4. Nobody Knows The Trouble I’ve Seen/ 5. When The Saints Go Marchin’ In/ 6. Swing Low, Sweet Chariot (take 1)/ 7. Swing Low, Sweet Chariot (take 3)/ 8. Deep River/ 9. Down By The Riverside (take 5)/ 10. Down By The Riverside (take 6)

Titre:  Spiritual unity

Artiste: Albert Ayler (ts) Gary Peacock (cb) Sonny Murray (bat.)

Date et lieu: 10 juillet 1964, NYC

Label : ESP

Compositions:

1. Ghosts (1st variation)/ 2. The Wizard/ 3. Prophecy (Spirits)/ 4. Ghosts (2nd variation)

Titre: New grass

Label : Impulse

Date et lieu : 5 septembre 1968, NYC

Personnel :Burt Collins, Joe Newman (tp) Garnett Brown (tb) Seldon Powell (ts, fl) Albert Ayler (ts, whistling, vo) Buddy Lucas (bars) Call Cobbs (p, org, harpsichord) Bill Folwell (el-b) Bernard Purdie (d) Rose Marie McCoy, Mary Maria Parks (vo) Bert DeCoteaux (arr, cond)

Compositions:

1. Free At Last/ 2. Everybody’s Movin’/ 3. New Generation/ 4. Heart Love

Sidney Usher

Notis©2015


Étiquettes : , , , , ,