La « Résurrection » de Barack Obama
Publication : 17 octobre, 2012 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Politique | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Substantiellement plus confiant, agressif et combatif que lors de la première joute verbale du 03 octobre 2012, Barack Obama a réussi ce mardi soir, à marquer plusieurs points, face au candidat Républicain, Mitt Romney, à trois semaines de la présidentielle du 6 novembre.

Signe d’une tension tactile, le débat a souvent pris les allures d’un concours de hurlement. Et la modératrice, Candy Crowley, responsable politique de la chaine CNN, a eut fort à faire pendant toute cette nuit. Elle a eu recours à des précisions, reprécisions, questions, interruption… pour recadrer des protagonistes près à déborder le temps et l’espace qui leur étaient respectivement accordés.
Que ce soit sur le budget et les impôts, la politique énergétique, l’immigration, la Libye ou l’attitude vis-à-vis de la Chine, chacun des candidats a tenté de faire valoir ses arguments avec force, quitte à parfois s’interrompre l’un l’autre.

Visiblement mieux préparé, Barack Obama, sur chaque sujet a répondu en exposant avec passion et conviction sa politique passé et à venir. Mais, il a aussi dénoncé les contradictions et attaquer froidement (sans mépris, ni condescendance) son adversaire en plaçant les arguments dans les domaines de la fiscalité, l’immigration et la santé.

Mitt Romney lui aussi a fait une bonne impression, surtout vis-à-vis de ses partisans qui peuvent s’estimer heureux. Il est resté dans la dynamique du premier débat. Mais, il a semblé perdre cet élan devant les arrêts récurrents de son interlocuteur. On sentait en lui une frustration de ne pouvoir aller jusqu’au bout de ses arguments. En effet, M. Romney a été interrompu à plusieurs reprises et a exigé, en vain, le dernier mot et quelques questions, sur les droits des femmes, l’immigration et l’utilisation des armes. Cela étant, la fermeté sur ses positions et ses convictions ont renforcé sa crédibilité.

L’un des tournants du débat de ce mardi soir est le désaccord dramatique sur la Libye avec la mort de l’ambassadeur américain Christopher Stevens. Le président Obama, d’un ton grave a fustigé et qualifié les attaques de Mitt Romney, de fausses et blessantes.

Un autre moment important est la sortie du débat. Lors des deux dernières minutes dévolues à chaque candidat, Mitt Romney a affirmé qu’il est le candidat de « 100 % du peuple américain ». Une manière de faire oublier ses propos (off) décrivant 47 % des Américains comme des « assistés », une polémique volontairement esquivé par son adversaire lors du premier débat. Mais, cette fois l’occasion était trop belle pour Barack Obama. Et le président de clore les débats : « Romney est un homme bon. Mais lorsqu’il affirme que 47 % » d’Américains sont dotés d’une mentalité de « victimes », de qui parle-t-il ? Je veux me battre pour eux. »

Notis©2012


Étiquettes : , , ,