Biden – Ryan : Un débat Vice-Présidentiel, musclé mais courtois.
Publication : 12 octobre, 2012 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Politique | Commentaire(s) (Un commentaire)

Joe Biden et Paul Ryan, colistiers de Barack Obama et Mitt Romney pour la présidentielle américaine du 6 novembre, ont eu de vifs échanges jeudi soir à Danville (Kentucky) au cours d’un débat crucial pour les démocrates face à la remontée du candidat républicain.

On se souvient que lors de la campagne présidentielle américaine, saison 2004, John Kerry, candidat démocrate, avait largement remporté le premier débat face au Président George W. Bush. Puis, Dick Cheney, colistier de Monsieur Bush fit mieux qu’arrêter l’hémorragie à l’issue du débat face au colistier Démocrate, John Edward. Dick Cheney n’est sans doute pas un model politique pour Joe Baden. Mais, avant et pendant le débat de ce jeudi soir « Joe » a éprouvée une certaine affection pour Dick Cheney.

Dans le premier débat présidentiel, le Président Obama a semblé paralysé (par le vertige des sommets du pouvoir), laissant à Mitt Romney le loisir de prendre les clés de la maison blanche. Lors du débat du jeudi, Joe Baden, politicien roublard et expérimenté (69 ans élu six fois au Sénat des États-Unis), face à Paul Ryan (42 ans, qui a été élu sept fois au Congrès, mais n’a jamais participé à un tel face-à-face) a montré que longue est la route qui mène aux commandes de la première puissance du monde.

Joe Biden a été dur, chaud, sarcastique (un peu trop) mais toujours passionné. Il a poussé son interlocuteur à la défensive pendant près de la moitié de ce débat de 90 minutes. Bref, aux antipodes du Président Obama, Joe Baden a servi au camp démocrate une soupe de remobilisation.

Paul Ryan a lui aussi remporté une victoire, celle d’avoir tenu tête à l’un des vétérans de la vie politique américaine. Même s’il a semblé court sur le plan de la politique étrangère (particulièrement sur l’Afghanistan et la Syrie) il a donné une leçon de maîtrise, de sang froid et de calme particulièrement saisissante.

Visiblement ce débat vice-présidentiel a été mieux préparé que celui de Denver. La modératrice a été plus efficace, maitrisant les personnalités (égos) et dirigeant le débat. Tout au long de l’échange, Monsieur Biden a donné du « mon ami » à Ryan qui, à la fin du débat, l’a remercié en l’appelant « Joe ».

Notis©2012


Étiquettes : , ,