L’OIT s’inquiète du durcissement de la politique budgétaire
Publication : 14 octobre, 2012 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Economie, R.H. | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

A l’occasion des assemblées générales du FMI et de la banque mondiale qui se sont tenues et achevées ce dimanche à Tokyo, le directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), l’Anglais Guy Ryder, a tiré la sonnette d’alarme sur les effets néfastes des politiques de rigueur mises en place simultanément en Europe.

Avec l’approfondissement de la crise, le pire en matière d’emploi à l’échelle de la planète est en train de se réaliser. Illustré régulièrement par les statistiques nationales à l’image des derniers chiffres du chômage en Grèce (désormais un grec sur quatre et sans emploi) ou même en France ou le taux de chômage vient, pour la première fois depuis 1999, de dépasser les 10 % de la population active.

Le patron de l’OIT a notamment pointé du doigt l’effet des politiques d’austérité sur la situation de l’emploi de millions de gens sur la planète. Rejoignant ainsi la Présidente du FMI qui, dans son rapport sur les « Perspectives de l’économie mondiale », affirme que les voies de l’austérité ont fréquemment des effets négatifs, souvent mésestimés par les Etats friands de ces mesures.

Pour le Directeur général de l’Organisation Internationale du Travail: « Les dommages provoqués par les mesures d’austérité ont été plus profonds que ce qui avait été d’abord envisagé (…) dans ces conditions, il est maintenant urgent de revoir les calendriers établis pour revenir à l’équilibre budgétaire ». Pour ceux qui ont la chance d’avoir un emploi, 900 millions d’entre eux sont « incapables de gagner suffisamment de quoi leur permettre d’être au-dessus du seuil de pauvreté de deux dollars par jour » releva-t-il en effet.

Il a rappelé que la planète compte actuellement trente millions de chômeurs de plus qu’avant le début de la crise il y a quatre ans. Près de « 75 millions des plus de 200 millions de chômeurs sont des jeunes gens de moins de 25 ans », ajouta-t-il laissant implicitement entendre que le scénario central retenu par l’OIT au début de l’année est bel et bien en train de se réaliser. En effet, en janvier dernier à l’occasion de la publication de son rapport annuel sur les « Tendances mondiales de l’emploi » l’OIT avertissait que dans son scénario central le monde pourrait compter 200 millions de chômeurs en 2012 et continuerait de progresser « pour atteindre 206 millions de chômeurs d’ici à 2016 ». Et dans un scénario d’aggravation de la crise, ce sont 204 millions de chômeurs que l’on recenserait sur la planète.

Rappelons que dans son rapport de 2011, intitulé « Global Employment Trends for Youth », l’OIT avait déjà noté que « la frustration collective chez les jeunes est l’un des moteurs des mouvements de protestation qui ont lieu à travers le monde, car il devient de plus en plus difficile pour les jeunes de trouver autre chose qu’un travail à temps partiel ou un emploi temporaire ». Toujours selon ce rapport, les chiffres officiels du chômage devraient être multipliés par deux, si l’on inclut les jeunes qui se réfugient dans les études faute de mieux, ou qui attendent chez leurs parents que la situation économique s’améliore.

Notis© 2012

Sources:
CIA World Factbook
Global Employment Trends for Youth
Japan Spotlight,
Le Monde,
La Croix


Étiquettes : , , ,