Cassandra Wilson : Another Country
Publication : 7 octobre, 2012 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Culture | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Doté d’une capacité vocale basique et d’un timbre d’une justesse irréprochable, Cassandra Wilson explore des champs multiples, indéfinis et infinis. Même si le Blues, la musique Country, la musique Folk constituent les principaux axes de sa voie, Cassandra Wilson, que Time Magazine considère comme la meilleure chanteuse de l’Amérique (« America’s Best Singer »), ne cessent de faire tomber les barrières.

Cassandra Wilson, la chanteuse, la musicienne, la compositrice, la poétesse, la productrice est de retour sur la scène discographique, après deux années passées à tourner dans le monde entier, hors des studios d’enregistrement.
Pendant près de vingt ans, la native de Jackson, Mississipi, a enregistré une vingtaine de disques dont la majorité est passé à la postérité. C’est surtout avec la parution en 1993 de « Blue Light ‘Til Dawn » sous le label « Blue Note » que le talent de Cassandra Wilson a bouleversé l’ordre des valeurs établi dans le monde des chanteurs de Jazz.

Si la démarche wilsonienne continue et même se renforce à travers cette nouvelle réalisation, « Another Country » annonce, cependant, la rupture avec « Blue Note ». En effet, cet album est marqué du sceau de « eOne », un démembrement de « Ojah Media Group », label nouvellement crée par Cassandra Wilson. La chanteuse a expliqué ce nouveau départ en ces termes : « Comme tous les maisons de disque, « Blue Note » traverse une crise ; il est question de rachat, de repreneurs… Pour mettre fin à cette spéculation, j’ai décidé de partir. Je tiens à l’indépendance et à la flexibilité qu’elle engendre. J’ai monté cette structure sous l’assistance et le conseil avisé de Chuck Mitchell. Avant de prendre ma décision, j’ai discuté longuement avec Bruce Lundvall, un des dirigeants de Blue Note, qui m’a donné sa bénédiction. J’ai beaucoup de chance d’avoir Bruce à mes cotés, car il est de la même veine que Chuck.

Le titre de cet album, « Another Country » n’évoque pas l’autre pays, c’est-à-dire le Far-West ou western, mais tient du fait que l’enregistrement a été réalisé dans un autre pays…l’Italie. « C’était, dit la chanteuse, la première fois que j’enregistrais en Europe. Nous avons trouvé judicieux d’enregistrer en Italie parce que j’étais là-bas, finalisant une tournée de concerts. C’était commode, d’autant plus que nous louions de beaux appartements à La Piazza della Signoria (Place de la Seigneurie) de Florence. Nous y sommes restés pendant 10 jours exquis. Le producteur Fabrizion Sotti qui avait apporté sa touche à l’album « Glamoured », paru dix ans plus tôt, faisait partie du projet. »

« Another Country » apporte une couche supplémentaire à l’originalité de Cassandra Wilson qui a pris le pari de la nouveauté : « Le musicien de Jazz, dit-elle, doit toujours présenter quelque chose de neuf à son auditoire. C’est que l’enjeu est de maintenir le lien avec l’auditeur tout au long de la journée. Ce n’est pas parce que vous avez fermé les yeux que la journée s’est arrêtée. »

Il se dégage des dix compositions un parfum latin, de Bossa nova et lamento napolitain indéniable, avec un champ libre laissé aux vols de la guitare. La pièce maîtresse est sans doute « O Sole Moi » un classique Napolitain, que Cassandra Wilson interprète avec aisance, sans pour autant se prendre pour une chanteuse d’opéra. Elle le dit : « Je garde la tête froide et les pieds dans mes petites chaussures quand une telle expérience survient. Je ne pense pas m’exprimer avec authenticité dans un tel idiome, pour la simple raison qu’il ne fait pas partie intégrante de mon ADN musical »

Sidney Usher

Notis©2012


Étiquettes : , , , ,