Zlatan Ibrahimovic, la belle affaire
Publication : 26 septembre, 2012 > par Sidney Usher | Catégorie(s) : Economie, Sport | Commentaire(s) (Pas de commentaire)

Selon Le Parisien en date du 16 septembre 2012, Zlatan Ibrahimovic ne percevrait pas 14 millions d’euros (9,2 milliards de francs CFA) par an, mais « seulement » 09 (5.9 milliards de francs CFA). Un salaire moins important qu’annoncé, qui pourrait bien rapporter gros dans un avenir plus ou moins proche à… l’Etat français.
Tous ceux qui ont stigmatisé le salaire de Zlatan Ibrahimovic lors de la signature de son contrat au Paris SG en sont désormais pour leur frais. En effet, ce dimanche, Le Parisien annonce que le Suédois, contrairement à ce qui avait été annoncé dans la presse, ne percevrait pas annuellement 14 millions d’euros, mais seulement 9. Une somme à laquelle il faut cependant ajouter d’éventuels bonus selon son nombre de buts et/ou les résultats de son équipe. Pourquoi une telle différence de chiffres ? Tout simplement car le montant de 14 millions avancé par les médias s’appuyait sur des fuites en provenance des dirigeants du Milan AC, sans doute désireux de démontrer à leurs supporters qu’ils ne pouvaient pas lutter avec les moyens illimités de QSI. Or, au final, Ibrahimovic ne devrait pas gagner beaucoup plus que dans la cité lombarde puisque seule la part variable de son salaire est supérieure à celle qu’il percevait en Italie. Du coup, le Suédois perd son statut de troisième meilleur joueur le mieux payé au monde, ce qui devrait peut-être rendre le sourire à un certain Cristiano Ronaldo…
Pour l’Etat Français, 9 millions d’euros aujourd’hui, et 30 demain ?
Autre pierre à déposer dans le jardin de ses détracteurs, le Suédois devrait permettre à l’Etat français de décrocher un mini-jackpot. Ainsi, alors que le gouvernement cherche par tous les moyens à renflouer les finances publiques, le salaire de l’avant-centre parisien devrait, en l’état actuel des choses, rapporter environ 9 millions d’euros de cotisations patronales. Une facture qui pourrait même gonfler considérablement dans les prochains mois en cas de changement de dispositifs fiscaux. En effet, les dirigeants parisiens se sont engagés à verser 9 millions d’euros nets par an à Ibrahimovic, y compris en cas d’évolution des taux d’imposition. Or, aujourd’hui, le numéro 18 du Paris SG dispose du statut d’impatrié, un dispositif fiscal visant à attirer dans l’Hexagone des personnes dotées de très fortes rémunérations en les autorisant à ne payer des impôts que sur 70% de leur revenu net. Un avantage qui pourrait bien disparaitre, alors que pourraient apparaître les fameux 75% d’imposition pour les salaires dépassant le million d’euros annuel. Ce qui rapporterait alors entre 30 et 35 millions d’euros à l’Etat. Pas de quoi résorber tous les déficits, mais une belle manne pour un seul homme.